Non, Ari, ne sombre pas !

Publié le par kate.rene

Non, Ari, ne sombre pas !

M’écrouler n’était pas une option. (p.49)
Si je peux avec ces textes, rien qu’une seule fois aider une seule personne pour quoi que ce soit, je serais heureux, n’hésite pas à montrer tes cassures mon pote. (p.54)
Les moments de vide intense me laissant vacillant, les yeux dans le vague, le coeur en trombe, je dois m’isoler.
(p.63)

Isoler, isola, île en italien. C’est sur l’île d’Houat que nous avons découvert Ari(stide). Notre voisine Maryvonne nous avait prévenus avant notre arrivée : un beau jeune homme brun et seul avait loué pour un mois à coté de chez nous (un mois, pas banal sur ce rocher) et qu’il avait vécu un an à Venise. Nous étions en septembre. Nous avons rapidement fait la connaissance d’Ari à notre arrivée. Non seulement, il n’était plus seul (son amie était venue le rejoindre) mais ce n’était pas une année mais cinq ans qu’il avait vécu à Mogliano juste en face de Venise sur la terra ferma. Il était rugbyman professionnel et avait été « victime » (mot qu’il n’aime pas) des attentats du 13 novembre 2015 à Paris (au petit Cambodge). Sa soeur Alice a été blessée d’une balle dans le bras droit, lui trois balles, considéré comme mort, puis…, il a ressuscité. Il avait 26 ans. Ensuite, il nous annonce qu’il a écrit un livre qui doit sortir le 19 octobre. De sa présence il se dégage quelque chose d’indéfinissable où perce une force mentale hors normes allant jusqu’au charisme messianique. Il est ouvert, charmant, communiquant facilement à tel point qu’il a conquis toute l’île (qu’il ne connaissait pas) et ses habitants. S’isoler, être loin du monde et de la foule, il en avait besoin et c’est la raison pour laquelle il avait loué pendant le mois de septembre sur notre île. Nous avons immédiatement perçu un « mec » hors du commun et qui avait vécu et vivait au présent une vie pas ordinaire (le mot est faible) avec cette volonté de Vie qui transcende largement et magnifiquement la simple survie. Son livre est une des parties immergées de cet iceberg progressant vers le large, majestueux et puissant. Il nous fait partager ses angoisses, mais aussi ses joies, son combat, ses hésitations et ses espérances. Cette lucidité d’esprit est impressionnante. Cette puissance spirituelle est époustouflante. Un autre Ari est (re)né le 13 novembre dans la souffrance et dans le combat mais avec cet allié de toujours : l’Amour, l’amour pour les autres et pour la vie. C’est le sujet de son livre, mais il n’y pas que ça… Dans un style de prose rimée ou de poésie en prose, il déclare son amour à la terre entière mais surtout à sa famille, en particulier à Alice, sa soeur, mais aussi, au rugby, à son Paris et à sa Banlieue sud. 
Ari, quand on a touché le fond, quand on est revenu de l’au-delà, on ne peut que rebondir plus haut et plus fort qu’avant !
Ari, Non, tu ne sombreras pas !
Pour le reste, prends ta batte et va à la casse de Passy

Mais ne sombre pas - Aristide Barraud - Seuil - Octobre 2017 - ISBN 978-2-02-136458-3

 

Alice et Aristide

Alice et Aristide

Publié dans lecture

Commenter cet article

Shana lilie 06/11/2017 01:34

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir