Pierre Bayard a encore frappé

Publié le par kate.rene

Après "Comment parler des livres que l'on n'a pas lus", "Le meurtre de Roger Acroyd" où il nous démontre qu'Agatha Christie se trompe d'assassin, "Le Chien des Baskerville" où il réserve le même sort à Conan Doyle, une étude de "Hamlet", nous avons lu presque en totalité "Et si les œuvres changeaient d'auteur ?". Accrochez-vous. Ça part très fort : "L'Odyssée" n'est pas, comme on nous l'a enseigné, d'Homère... Mais d'une écrivaine grecque dont le livre de chevet était l'Illiade. Shakespeare ne serait autre qu'un certain Edward de Vere dix-septième comte d'Oxford. Dom Juan aurait été commis par Corneille, comme la plupart des pièces de Molière. Ces thèses furent défendues par des gens sérieux et sont reprises ici avec tout ce qu'il faut d'argumentation pour y croire. Viennent ensuite les œuvres publiées sous pseudonyme. Emile Ajar utilisé par Romain Gary pour se soustraire au carcan littéraire dans lequel l'avaient enfermé lecteurs et communauté éditoriale, Vernon Sullivan dont Vian se servit pour faire passer des idées impubliables à l'époque. À ce sujet, une histoire savoureuse : Boris Vian se présentait comme le traducteur de l'auteur métis américain Sullivan et lorsqu'il fut sommé pour des raisons juridiques de montrer le manuscrit original dût traduire son propre roman ... Du français à l'anglais. Bayard s'attaque ensuite au plagiat par anticipation. Lewis Carroll aurait plagié les surréalistes et Freud pour écrire "Alice au pays des merveilles" et "Au-delà du miroir" !! Il ne s'arrête pas là. Nous avons ensuite le loisir de lire son analyse de "L'étranger" de Kafka, de "Autant en emporte le vent" de Tolstoï, de le voir intervertir les deux Lawrence des "Sept piliers de la sagesse" et de "L'amant de lady Chatterley". Nous en sommes là de nos découvertes. Et Pierre Bayard n'en a pas fini de nous surprendre...

Publié dans lecture

Commenter cet article

Cla 08/02/2011 17:27



T'as un poil dans le blog, toi, en ce moment.



kate.rene 11/02/2011 03:56



Ben oui... Et pas toi, à ce que je lis