"Coeur à Mantes" : comité de défense de la cardiologie interventionnelle à Mantes-la-Jolie

Publié le par kate.rene

 

Courrier d'appel à la constitution d'un comité de soutien par Brigitte Aubry et Marc Jammet :

"INVITATION À UNE RÉUNION POUR CONSTITUER UN COMITÉ DE DÉFENSE DU SERVICE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE DE L'HÔPITAL DE MANTES LA JOLIE, LUNCI 12 JUILLET À 20H30 AU LOCAL COMMUN RÉSIDENTIEL À MANTES LA JOLIE.

Le 4 juillet 2010

Madame, Monsieur,

Nous nous permettons de nous adresser à vous à propos du service de cardiologie interventionnelle à l'Hôpital de Mantes-la-Jolie.

Celui-ci est, en effet, menacé de fermeture.

La décision émane du Directeur de l'Agence régionale de santé (ARS), Monsieur Claude Évin lors d'une réunion régionale le 11 mai dernier (SROS - shéma régional d'organisation sanitaire). L'argument avancé est que l'offre de soins en la matière serait trop importante dans notre région.

Les faits, pourtant, contredisent totalement cette décision.

Ouvert le 11 janvier dernier, le service de cardiologie interventionnelle - qui fonctionne 24 heures sur 24 et traite particulièrement les urgences et/ou les infarctus du myocarde - a, en très peu de temps, fait preuve de son utilité.

En six mois, 270 examens y ont été réalisés (+29% par rapport à la situation antérieure) dont 160 coronarographies (+14%) et 110 dilatations (+92%) parmi lesquelles 35 dilatations en urgence (+304%).

Cette offre de soins correspond particulièrement aux besoins identifiés dans notre pays (où cancer et maladies cardiologiques sont les deux premières causes de mortalité), dans notre région où l'origine et la culture de nombreux habitants les prédisposent au risque cardiologique (diabète et hypertension).

Cette offre de soins est d'autant plus crédible que l'Hôpital de Mantes-la-Jolie dispose de moyens adéquats : un service d'accueil des urgences (SAU) et un héliport.

Enfin, le fonctionnement de ce service accroît l'activité d'urgence et donc l'activité et la programmation de cette dernière (USIC - Unité de soins intensifs).

La décision du Directeur de l'Agence régionale de santé est donc incompréhensible du point de vue de la santé de la population.

La fermeture, a contrario, de ce service - si elle profite aux cliniques privées d'Évecquemont et d'Évreux - contredirait totalement le point de vue que nous venons d'exprimer. Cela signifierait le transport des patients en ambulance dans l'une de ces deux cliniques - soit 30 à 45 minutes de trajet.

On imagine sans peine les conséquences dramatiques en séquelles graves et décès que cette fermeture provoquerait. Cela, d'autant plus que ces cliniques ne possèdent ni service d'accueil des urgences, ni héliport.

Nous sommes déjà nombreux à nous être opposés à cette fermeture. C'est le cas notamment de nombreux élus locaux : Didier Jouy (Conseiller général du canton de Bonnières, seul élu présent lors de la réunion du SROS du 11 mai), des maires de Limay (Éric Roulot), Magnanville (André Sylvestre), Mantes-la-Ville (Monique Brochot), Rosny-sur-Seine (Françoise Descamps), de la députée de la 8ème circonscription (Cécile Dumoulin) qui a demandé une entrevue avec le ministre de la Santé pour lui exposer le problème. C'est aussi le cas d'élus de Limay, Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville : Nicole Bock, Patrick Lefoulon, Guillaume Quévarec.

À notre connaissance, au moment où nous vous écrivons, deux voeux vont être déposés lors des conseils municipaux de Mantes-la-Jolie (lundi 5 juillet) et Rosny-sur-Seine (lundi 12 juillet).

Il importe maintenant, à notre avis, d'informer largement la population et d'inviter toutes celles et tous ceux qui veulent sauver ce service vital à agir ensemble - quelles que soient, par ailleurs, leurs opinions politiques.

C'est d'autant plus urgent que le Directeur de l'Hôpital a pris la décision - sans concertation - de suspendre l'activité de ce service depuis le 1er juillet.

Sans trop entrer dans les détails, il faut savoir que le décret n° 2009-409 du 14 avril 2009 (relatif aux conditions d'implantation applicables aux activités interventionnelles en cardiologie) prévoit - dans le cadre de la révision des schémas d'organisation sanitaire sur 12 mois - qu'un tel service (celui de Mantes-la-Jolie) peut demander une autorisation pour poursuivre son activité. Il a ensuite 18 mois pour atteindre les objectifs fixés par la loi (et le décret) soit 350 dilatations à l'année.

En décidant la fermeture de ce service, ce qu'on refuse à l'Hôpital de Mantes-la-Jolie, c'est le droit de prouver qu'il répond aux besoins.

Ajoutons, d'autre part, qu'une telle fermeture serait un véritable gâchis du point de vue économique (en 2008, plus d'un million d'euros ont été investis dans la rénovation de la salle de coronarographie de l'Hôpital. Trois praticiens ont été recrutés) et du point de vue de l'investissement humain considérable de toute l'équipe de ce service.

Aussi est-ce la raison pour laquelle nous vous invitons à une première réunion afin de constituer ensemble un comité de défense de ce service ("Mantes au Coeur" par exemple) qui se fixerait comme seul objectif, partagé par tous ses membres, le droit pour ce service de continuer à fonctionner et de faire ses preuves pendant un délai de 18 mois.

Cette réunion aura lieu le :

Lundi 12 juillet à 20h30

Au Local commun résidentiel

64 rue Maurice Braunstein (près du Lac des Pécheurs) à Mantes-la-Jolie.

Nous vous proposons d'y réfléchir et d'y décider ensemble des actions et des interventions que nous pourrions mener (pétition par exemple) lors des mois de juillet et août dans la perspective d'un renforcement du mouvement à la rentrée.

Le docteur René Faivre, chef du service de cardiologie de l'Hôpital de Mantes-la-Jolie, a bien voulu être présent à cette réunion et sera donc à même de répondre aux questions des participants.

Nous espérons vous voir nombreux à cette première réunion.

Contacts

Brigitte Aubry, rue des Guernes 78710 Rosny-sur-Seine

Marc Jammet, 31 rue Pierre Curie 78200 Mantes-la-Jolie (06 07 67 41 29 marc.jammet@wanadoo.fr)"

Publié dans santé

Commenter cet article

Cla 08/07/2010 14:54



quelle classe, ce docteur René Faivre.



kate.rene 08/07/2010 18:26



N'est-ce pas ?