Les livres de vacances

Publié le par kate.rene

Pour lire sur la plage, ou ailleurs, à mettre dans sa valise ou à acheter sur place, à consommer sans modération, sans prise de tête : les polars !! En voici quelques-uns dont je vous recopie le résumé.

Gilles Schlesser, Mortelles voyelles, Parigramme :"Certains manuscrits anonymes ne devraient jamais sortir de l'oubli. Celui que découvre Oxymor Baulay, journaliste et amateur de figures de rhétorique, est baroque, génial, inquiétant... en un mot, c'est un best-seller en puissance. Mais l'affaire prend une tout autre tournure quand Oxymor s'aperçoit que les cinq meurtres qu'il relate ont bel et bien été commis trente ans plus tôt par un serial killer surnommé Hamlet. Et alors que le roman pulvérise les records de vente, Hamlet signe dans le sang son retour. C'est au coeur du texte qu'il faut suivre sa piste. Commence une enquête policière et littéraire dans l'ombre de Shakespeare et de Rimbaud." Pour savoir exactement ce qu'est un zeugma, un oxymore, un amphigouri, une métaphore, une hypotypose, un paronyme, une apocope et son contraire l'aphérèse, etc.

Régis Descott, Obscura, chez JC Lattès  :  Ceci n'est pas un tableau... c'est une scène de crime. C'est ce qu'annonce autour du Déjeuner sur l'herbe de Manet la quatrième de couv. Dans une bastide d'Aix-en-Provence, la gendarmerie découvre la reconstitution macabre du Déjeuner sur l'herbe, le célèbre tableau de Manet, réalisée avec des cadavres. À Paris, le jeune Dr Corbel lutte chaque jour contre la syphilis et les maladies pulmonaires au chevet des laissés-pour-compte. Mais son destin va basculer avec l'apparition dans son cabinet de l'envoûtante Obscura, échappée de l'enfer des maisons closes, qu'un client avait fait poser quelques mois plus tôt telle Olympia, autre sulfureuse oeuvre de Manet...

Jed Rubenfeld, L'interprétation des meurtres, chez Panama : 1909, Sigmund Freud est à New York pour donner une série de conférences sur la psychanalyse. Au même moment, une jeune feme de la bonne société est étranglée après avoir été sauvagement torturée. Freud, fatigué, malade, en butte à l'hostilité de l'intelligentsia locale, se retrouve malgré lui impliqué dans l'enquête que mène l'inspecteur Littlemore... Des bas-fonds de Chinatown aux hôtels particuliers de Gramercy Park, ce thriller à l'intrigue impeccable nous plonge dans le New York en mutation du début des gratte-ciel. 

Michel Faber, Le cinquième évangile, aux Éditions de l'Olivier : Theo Griepenerl est un universitaire sans envergure à l'ego démesuré. Dans les décombres d'un musée de Bagdad, il découvre un trésor inestimable : les mémoires de Malchus, témoin des derniers jours de Jésus. Il ramène secrètement les neuf rouleaux de papyrus au Canada et s'empresse de les traduire. Publié par une obscure maison d'édition, son Cinquième Évangile est un immense succès. Mais Theo est dépassé par le scandale que provoquent les révélations de Malchus...

Laurent Gaudé, La Porte des Enfers, chez Actes Sud : Au lendemain d'une fusillade à Naples, Matteo voit s'effondrer toute raison d'être. Son petit garçon et mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s'enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville. Mais un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l'impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d'étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu'on peut y descendre...

William Boyd, Orages ordinaires, au Seuil : Par un pur hasard, Adam Kindred, jeune climatologue spécialiste des nuges, se retrouve dépuillé en quelques heures de tout ce qu'il tenait pour acquis : sa carrière, sa réputation, ses cartes de crédit, son passeport, son portable, et même ses vêtements, soit tous les signes extérieurs de son identité humaine. Une succession de terrifiantes coïncidences fait de lui l'auteur tout désigné d'un meurtre. Police et tueur à gages lancés à ses trousses, sa seule issue est d'entrer dans la clandestinité et de rejoindre la multitude de ces disparus qui hantent les grandes capitales pais demeurent indétectables sous les rayons inquisiteurs des radars sociaux...

Mikkel Birkegaard, La librairie des ombres, Fleuve Noir : "Et si la lecture pouvait tuer" : Nichée au coeur de Copenhague se trouve une vieille librairie au nom italien : Libri di Luca. Son propriétaire, Luca Campelli, vient de mourir de manière très abrupte et pour le moins... étrange. C'est Jon, son fils, avec qui il a rompu tout contact depuis 20 ans, qui hérite du magasin. Entraîné malgré lui dans l'histoire familiale, Jon découvre bientôt que cette librairie renferme un secret fabuleux. Son père était en fait à la tête d'une société de "lettore", des personnes dotées d'un pouvoir exceptionnel leur permettant d'influencer la lecture des autres, de créer des mondes merveilleux, de donner naissance à des histoires extraordinaires... Mais aussi de manipuler jusqu'au meurtre...

Bonnes vacances et bonnes lectures.

Publié dans lecture

Commenter cet article

joan 09/07/2010 20:39



ta fils, ton fille,   et ta fille!



maité 07/07/2010 17:55



merci kate je prends bonne note j'adore ce genre de livre..........................



kate.rene 08/07/2010 18:25



Il faut lire les autres commentaires : il y a d'autres idées et des critiques sur mes choix. Bises



joan 07/07/2010 15:25



Hello, pour ajouter à la liste, je pense à Brown's Requiem de James Ellroy que j'avais adoré, et je commence Lune Sanglante du même auteur, tout un programme, Ciao!



kate.rene 08/07/2010 18:27



Mais qui se cache sous ce nouveau pseudo ?? Ce serait pas ma fils ??



Cla 07/07/2010 14:32



Chouette, des idées, merci.


Je retirerais Gaudé, pompeux et un peu chiant. J'approuve Boyd du sous-chef, parce que je suis une belle-fille réservée. J'ajouterais Témoin des Hommes, de Kessel. Mon grand kif de l'été que je
dévore tome après tome sur la pelouse des Invalides. Les bas fonds berlinois dans les années 30, les routes des esclaves dans le désert... Partout, il y était. C'est délicieux comme les meilleurs
romans sauf que tout est vrai.



kate.rene 08/07/2010 18:29



Le Gaudé, il est rangé chez nous entre Dante et le Kama Sutra... Et ça se lit à Vézelay, bien sûr, sous la protection des moines et de Marie-Madeleine ! Pour le Kessel, hors sujet : il ne s'agit
que de polars. Mais je peux ouvrir une liste avec les bouquins préférés des autres. Ce sujet semble intéresser les foules !