Wagner à opéra Bastille : Siegfried

Publié le par kate.rene

Le troisième opus de l'Anneau du Niebelung. Nous y étions, troisième rang et nous (presque) découvrions Wagner. Nous avons un peu travaillé le sujet dans la semaine qui précédait, mais c'est encore bien difficile pour nous. De 18 heures à 23 heures 30, trois actes de trois tableaux chacun.

Une mise en scène de Günter Krämer, intéressante mais parfois contestable avec un Siegfried (Torsten Kerl), merveilleux "Heldentenor", un peu trop ridiculisé à notre goût avec ses culottes courtes et ses chaussettes à rayures mal remontées et une Brünnhilde (Alwyn Mellor) dont la robe blanche un peu courte sur le devant pour ne pas entraver ses aller-retour dans les marches du décor mettait par trop en valeur les formes exubérantes. Le premier acte est magnifique et sans doute plus facile pour nos oreilles de néophytes.

siegfried-mime.png

 

Le premier tableau est contesté : nains de jardin et forêt de canabis servent de décor à un Mime qui entame le chant avec un pétard aux lèvres...

siegfried-forge.png

La scène de la forge : Mime, brillamment interprêté par Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, outre sa voix, a des jeux de scènes dignes des plus grands comédiens. Pour notre premier Wagner, nous aurions cependant aimé des héros casqués, une walkyrie blonde et costumée comme sur les images de légende.

siegfried-erda.png

Erda à qui la partition ne laisse hélas pas assez de temps pour s'exprimer par la voix magnifique de contralto de Qiu Lin Zhang

Fafner, le dragon, imposante basse (Peter Lobert) a, lui aussi un petit rôle, mais quelle voix !

siegfried-fafner.png

N'oublions pas Egils Silins incarnant Wotan sous les traits du "Wanderer", baryton-basse.

siegfried2.jpg

Dans ce décor du dernier tableau, les flammes tenant Brünnhilde prisonnière viennent de trois lettres "GER". Nous venons de découvrir que ce sont les trois premières lettres de Germania, le nom qu'Hitler voulait donner à l'Allemagne... Nous attendions avec impatience de voir Siegfried franchir un énorme cercle de feu ; Monsieur Krämer a contourné la difficulté ; on retrouve Siegfried endormi près de sa belle...

Voici pourtant ce que disait le livret :

Siegfried embouche son cor et se jette dans les vagues du

feu qui descendent de la hauteur et gagnent également

le premier plan. Siegfried, qu’on n’aperçoit bientôt plus,

semble s’éloigner vers le sommet. Lumière des flammes

au plus vif. A partir du moment où le brasier atteint son

intensité la plus forte, il commence à pâlir et se dissout

progressivement en une nuée de plus en plus fine,

comme éclairée par la lumière de l’aube.

TROISIÈME SCÈNE

 La nuée de plus en plus ténue s’est transformée en un fin

voile de brouillard de couleur rose puis se dissipe ;

la brume se retire complètement vers le haut et, finalement,

ne laisse voir que le ciel bleu et pur, alors qu’au bord

du rocher à présent visible (exactement le même décor

qu’au troisième acte deLa Walkyrie ) un voile rouge de

brume reste accroché, qui rappelle le feu magique qui

brûle encore au pied de la montagne. Le dispositif

scénique est exactement identique à celui de la fin de

La Walkyrie  : au premier plan, sous le sapin aux larges

branches, est étendue Brunnhilde, profondément endormie,

dans son étincelante cuirasse, le heaume sur la tête,

le large bouclier la recouvrant.

Siegfried arrive de la coulisse et parvient au bord rocheux

de la montagne ; on ne voit d’abord que le haut de son

corps : dans cette position, il regarde étonné autour de lui,

pendant un long moment.

siegfried1.jpgDans la fosse, sous la baguette de Philippe Jordan, extraordinaire, quatre harpes, huit contrebasses et quelques cuivres....

 

Les applaudissements ont cependant prouvé que le spectacle était bon.

Léon Tolstoï a vu Siegfried à Moscou en 1898...

siegfried-fosse-copie-1.jpg

Publié dans musique et spectacles

Commenter cet article

LadyYaya 02/04/2013 17:37


J'étais à Bastille la veille et au 2eme balcon. Mais moi je n'ai pas entendu Siegfried chanter!! Ils auraient du le remplacer par un des vendeurs de programmes qui avait bien plus de coffre...
Mais grace à votre article je découvre que ce monsieur Kerl est effectivement chanteur, mais pas au dela de la 2e catégorie?!